Axe Accra- Abidjan ETAPE 3, Le calme est de rigueur...

Publié le par Mame

Suite de mes aventures routières entre Accra et Abidjan, un dimanche d' avril...
je me trouve maintenant à la frontière entre les deux pays, à Elubo et mes camarades et moi cherchons un transport pour rejoindre Aboisso.



Pour cela, il faut décomposer !  Saucissonner le trajet. Et économiser les CFA. 1300 francs exactement et un type aux dents longues nous guide vers un vieil engin cabossé pour rejoindre Aboisso à 45 minutes de là. 500 francs en plus pour les bagages, qu’un jeune garçon charge sur le toit.  A côté des chèvres broutent. C’est un vrai souk.  Mais la nature est si verte que cela apaise les nerfs. Dans l’autocar, nous sommes serrées comme des sardines. A peine dix minutes de  route et un premier barrage nous oblige à stopper. Or, la pluie qui s’est calmée menace de nous rafraîchir à nouveau.  Descendez !, ordonne l’ agent de la brigade des Stupéfiants et du contrôle Anti-Drogue. De mauvaise grâce, les mamans déchargent leurs bagages, tentent de cacher produits de beauté et autres marchandises achetées à Elubo. Le policier se permet même quelques vannes en fouillant les valises : « C’est à Accra là  vous êtes parties, pour ça ! Ya sac à Abidjan  non ?  Allez remballez moi ça ! ».

 

C’est reparti. On  a perdu une demi heure en palabres. Et il est environ 14h40. Je suis énervée, prise en sandwich sur un siège où trois places servent pour quatre personnes. Si je compte bien, le type a du se faire plus de 20000 francs en bourrant le véhicule. Or quand africain voyage là, c’est avec maison il part !  Et la pluie tombe à nouveau, violemment, des bourrasques secouent le véhicule et l’atmosphère devient apocalyptique. Un voyageur lance au chauffeur : «  Pardon, faut conduire doucement, la chaussée est glissante. ». Et le car s’arrête dans la tempête : une voiture derrière semble en panne. Deux jeunes s’extraient par les vitres, vont voir puis reviennent trempés comme des rats. On repart. Soudain, quelqu’un s’exclame : Yaako !. En effet, des gouttes de pluie nous mouillent. L’autocar fuit de partout et l’eau s’infiltre sous les sièges incommodant les passagers. Mes deux voisines utilisent même un sac plastique pour récolter l’eau. « Chauffeur, il va falloir nous rembourser 500francs hein ! », scande t-on en chœur. Je pense aux bagages attachés sur le toit du véhicule. Inondés très certainement. 

Au bout d’un moment, un troisième arrêt achève de nous irriter. Un policier contrôle les pièces d’identité et quand nous croyons repartir, un douanier pas très diplomate surgit, siffle et fourre la tête dans le véhicule en criant : «  Descendez ! Madame, y’a quoi dans sac là ? ».   Zut ! Le type oblige le conducteur à ouvrir le coffre, réquisitionne les glacières et en prime,  demande une quittance ou c’est la saisie définitive. Il faut encore payer, lâcher des deniers ! Dieu merci, je n’ai rien acheté à Elubo. Et discrètement, je photographie la cabane où sont stockées des glacières. « Attention, on va te demander quittance sur ton appareil », me lance une dame. Une fois de plus, les voyageurs subissent la loi des autorités. Corruption à la clé, bas salaires, c’est l’une des  conséquences de la crise qui se fait sentir, les barrages servant aussi de prétexte pour mieux  racketter les voyageurs. Comme si aller au Ghana, signifiait de faire de la contrebande...


Retrouvez les épisodes précédents archivés !
 

Publié dans PUBLICATIONS

Commenter cet article

Prisca 29/10/2008 13:34

Mame, j' ai moi aussi fait ce trajet, pour aller visiter Accra et j' ai décomposé aussi, mai sje ne suis pas passée par Aboisso, j' ai fait Abidjan direct,  c'est moins cher mais fatiguant !CourageBisousPriss

Adelin 27/10/2008 17:41

Chère Mame;Merci pour votre reportage qui est un bon résumé de ce que de décriant on peut encore rencontrer en Afrique.La corruption des fonctionnaires y est malheureusement devenue une chose banale. C'est un peu compréhensible, si on songe que les chefs d'Etat, les ministres et les parlementaires là-bas ne sont pas moins blâmables.Les dirigeants africains - pour la plupart, des voyous - ont compris que, pour avoir la paix il fallait aussi contenter les petits fonctionnaires en les laissant parfois agir à leur guise.Le racket est ansi devenu un fait normal. On pourra toujours raisonner : tant qu'il n'y a pas mort d'homme .... Mais on aurait tort de banaliser cela tant la vie de certains s'en trouve minée.Une réaction responsable serait de ne pas se prêter au jeu de ces policiers et douaniers malhonnêtes : en ne payant pas. Mais chacun perçoit la vanité d'une telle décision, étant donné l'impossibilité en Afrique d'en appeller à un plus élevé pour mettre fin à la situation déplorée. On mesure là l'étendue d'un certain drame.Adelin 

Adelin 27/10/2008 17:41

Chère Mame;Merci pour votre reportage qui est un bon résumé de ce que de décriant on peut encore rencontrer en Afrique.La corruption des fonctionnaires y est malheureusement devenue une chose banale. C'est un peu compréhensible, si on songe que les chefs d'Etat, les ministres et les parlementaires là-bas ne sont pas moins blâmables.Les dirigeants africains - pour la plupart, des voyous - ont compris que, pour avoir la paix il fallait aussi contenter les petits fonctionnaires en les laissant parfois agir à leur guise.Le racket est ansi devenu un fait normal. On pourra toujours raisonner : tant qu'il n'y a pas mort d'homme .... Mais on aurait tort de banaliser cela tant la vie de certains s'en trouve minée.Une réaction responsable serait de ne pas se prêter au jeu de ces policiers et douaniers malhonnêtes : en ne payant pas. Mais chacun perçoit la vanité d'une telle décision, étant donné l'impossibilité en Afrique d'en appeller à un plus élevé pour mettre fin à la situation déplorée. On mesure là l'étendue d'un certain drame.Adelin 

Mame Diarra 27/10/2008 10:54

Thks Sister for your comment !Love, take care,Ps; can't wait to see you in Paris...

daffa 26/10/2008 22:04

Franchement tragiquement drole ce voyage. On ne changera pas de si tôt en Afrique